Diététique : Bio ou pas Bio ?

bio

Tout d'abord, nos aliments devraient être chargés le moins possible en pesticides, métaux lourds, nitrates...car ces substances ont des effets délétères démontrés sur la santé.

D'autre part, nos aliments doivent être riches en micronutriments (voir). En effet, pour maintenir un poids correct et compenser la sédentarité de notre société, nous sommes obligés de réduire notre apport calorique. Mais cette diminution de la quantité des aliments ne doit pas conduire à une diminution de l'apport en micronutriments (vitamines, minéraux...) sous peine de créer des déficits, voir des carences en micronutriments.

Comment l’aliment bio peut-il s’intégrer dans ces objectifs ?

Il est important de savoir qu’un brocoli ne sera riche en sélénium que si le terrain de culture est lui-même riche en sélénium, quelque soit le mode de culture : biologique ou conventionnel.

Concernant les minéraux et oligoéléments, les teneurs retrouvées par de nombreuses études concluent qu’il n’y a pas de grande différence entre l’agriculture biologique et l’agriculture conventionnelle ; tout juste un petit plus pour le fer et le magnésium dans certains légumes biologiques. Concernant les vitamines (B1, B2, A, E, béta carotène), là encore très peu de différence entre les deux types d’agriculture. Un petit plus cependant pour la vitamine C en faveur de la pomme de terre et la tomate biologique.

Par contre, enfin une bonne nouvelle, les produits bio contiennent plus d’antioxydants que les produits conventionnels : sont-ils « élevés », dans des conditions de stress moins importantes ? Ainsi on retrouve plus de polyphénols, resvératrol ...

Enfin, si les teneurs en protéines sont moins élevées dans le produit bio, tout en restant d’un niveau tout à fait acceptable, les lipides ou graisses sont de bien meilleure qualité. Les teneurs en acides gras polyinsaturés et notamment en oméga 3 sont bien supérieures à celles issues de l’agriculture conventionnelle et donc bénéfiques pour la santé.

Les produits bio largement supérieurs pour la santé en terme sanitaire

Pesticides, nitrates, contaminations bactériennes, OGM : les produits bio sont largement moins contaminés que les produits conventionnels.

Tout d'abord, le principe d'OGM (Organisme Génétiquement Modifié) est incompatible avec le label BIO.

Ensuite, les pesticides n'ont pas le droit d'être utilisés, à moins d'une contamination involontaire par le voisinage... Quant aux nitrates, ils sont dangereux car ils se transforment en nitrites très réactifs dans l'organisme (ils peuvent êtres cancérigènes). Ces nitrates sont deux fois moins présents dans les produits bio.

En revanche, on retrouve autant de mycotoxines et de métaux lourds dans les produits bio que dans les produits conventionnels. Les mycotoxines sont des substances fabriquées par les moisissures.

Pour les métaux lourds, des restrictions ont été imposées dans le cahier des charges des produits bio, afin de limiter le risque de contamination. Enfin les pratiques d’élevage bio limitent le recours aux traitements médicamenteux, notamment les antibiotiques qui sont utilisés comme facteur de croissance dans l’agriculture conventionnelle.

En conclusion

Selon les études réalisées jusqu’à présent, les produits AB possèdent des atouts nutritionnels et sanitaires, qui leur donnent  outre leur place dans la stratégie alimentaire, notamment lorsqu’il s’agit de produits complets (pâtes, riz, farines), mais aussi pour les légumes, les œufs et les viandes.

Des progrès sont encore souhaitables portant notamment sur la qualité nutritionnelle des produits.

  • Le point sur la valeur nutritionnelle et sanitaire des aliments issus de l’agriculture biologique
  • Cahiers de Nutrition et de Diététique Volume 45, numéro 3; pages 130-143 (juin 2010) Léon Guéguen, Gérard Pascal
  • Crédit photo et textes - Avec l'aimable autorisation de reproduction des Laboratoires Therascience ©

SLIDE PRO 80 2017